Chapitre 12 : Un Privé nommé Mike…

Journal Mnémosphère de Haven-Jane CF01

Fragment 4

Les événements se sont précipités.

Le retour in extremis de Titanium-Jim CF01.
Notre naïveté de penser que nous étions libres d’agir et de penser par nous même.
Le contrôle exercé par les fondateurs de La Clone Factory Inc. sur nos vies.
Le financement de la Clone Factory Inc. par Le Gouvernement.

Je ne sais toujours pas qui je suis ou ce que je suis.
Mais trouver une réponse à cette interrogation n’est plus, pour le moment une priorité.

Une autre question est devenue pour moi une obsession.

Aujourd’hui, nous ne sommes plus que six.
Qu’est-il advenu de nos autres frères, de nos autres sœurs ?
De ceux et celles qui ont été éveillés avant nous et qui manquent à l’appel ?

L’arrivée soudaine d’une carte postale écrite par Titanium-Jane CF01 dans ces circonstances a déclenché chez moi, un mauvais pressentiment.
Je suis devenue paranoïaque.

Je ne connais pas Titanium-Jane CF01.
A mon arrivée, elle était partie… en vacances.

Mais j’ai lu ses rapports, un par un.
J’ai rencontré ses contacts.
J’ai travaillé avec la plupart.
Tous m’ont décrit une jeune femme fantasque, aimant la vie, aimant rire, et faire la fête.
Mais tous on été unanimes sur son dévouement aux Clones et aux citoyens de Parangon City.

Je suis une combattante.
Pas un détective.
J’ai engagé un enquêteur privé, dont Jim Tremblor m’a assuré qu’il était réglo.

J’ai rendez-vous avec lui dans quelques minutes.
Je suis dans l’entrée d’un vieil immeuble de Copper District.
Un ascenseur poussif me monte au dernier étage.
Des murs de briques rouges foncées, un parquet usé.
Une porte de bureau, entrebâillée, avec une ouverture en verre dépoli.

Des notes de saxo s’échappent, mélancoliques.
Je crois reconnaître So What. Miles Davis et John Coltrane.
Je ne suis pas vraiment sûre.
Titanium-Jim CF01, lui, saurait sûrement.
Il y a quelques temps, peu avant sa disparition, il m’a emmenée boire un verre au Pocket D.
Dans un des salons, des nostalgiques de l’ancien temps, et une soirée passée à écouter des « standards » du Jazz.

Une plaque en cuivre dorée, qui porte des coups de ciseaux rageurs.
Je franchis seuil de l’officine
J’entends le cliquetis si particulier d’un barillet qu’on arme.
Je m’immobilise.
Je me retourne doucement.

Je suis nez à nez avec un canon de pistolet.
Suffisamment proche pour reconnaître un 357 magnum.
Une arme ancienne de nos jours, mais capable de faire d’énormes dégâts.
Surtout à cette distance.

L’homme au bout du pistolet est âgé d’une quarantaine d’années.
Grand.
Mince.
Musclé.
Une petite moustache.
Des yeux marrons
Sur son front une très belle bosse.
Un borsalino cabossé au sol.
Un trench coat beige pend sur la seule chaise restée debout.
Tout autour de lui, règne un fouillis indescriptible de meubles fracassés.
Son bureau à l’air d’avoir été mis à sac.
J’ai l’impression d’avoir fait un saut dans le temps.
De me retrouver expédiée dans un roman noir à la Mickey Spillane ou à la Dashiell Hammet

Son regard s’attarde un peu trop longtemps sur mes jambes.
Tremblor m’avait prévenu.
« Mon » détective a du goût pour les ennuis et les jolies femmes.

Il se présente.
Sa voix est rauque, un peu cassée.
Le canon du pistolet s’abaisse, un peu.

– L’inconnue de 15h00 ? me dit-il sarcastique
– Mademoiselle Jane Haven.
– Mike Hammer, détective, à votre service.

Il n’a pas besoin de savoir que je suis un clone, du moins, pour le moment.
Nous discutons un moment.
Je connais ses conditions financières.
Je suis prête à payer, sans les discuter.

Je lui donne la seule piste que j’ai trouvée, par hasard.
Le dernier endroit où Titanium-Jane CF01 a été vue.
Le Pocket D. La plus grande boîte de nuit de tous les Temps.
Elle y avait rendez-vous avec un contact.

Je n’ai pas parlé de mes projets à mes frères et sœurs.
Je ne sais pas où tout çà va me mener.
Tant que je ne le sais pas, inutile de les impliquer.
Ils ont déjà trop de choses à gérer.

A suivre …

PS : cet épisode est aussi un hommage à Ma Maman, grande fan de la série Mike Hammer d’où les références.

© Cenwen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s