Chapitre 13 : [Les Chants D’Elenwë] Les Larmes de Sang, partie 2

Les Chants d'Elenwë, récits roleplay, fan fictions et jeux vidéo   : sorcière

 

Setrius attendait Khyrielle près de la grande table surchargée de parchemins et de cartes. Il avait cet air égaré et épuisé qu’ont toujours les survivants des grandes batailles et des grandes catastrophes. En l’espace d’une nuit, son dos s’était voûté et ses cheveux s’étaient teintés de gris. Sa peine s’estomperait avec le temps, mais la blessure resterait.

La jeune femme le serra contre elle, tentant de lui communiquer un peu de sa force et de sa chaleur, mais elle était incapable de prononcer des mots qu’il ne pourrait, ni ne voudrait entendre. Son deuil en faisait un homme à part, au cœur brisé, à l’âme ravagée. Elle savait que pendant des lunes et des lunes, il se contenterait d’avancer en mettant un pied devant l’autre, sans autre but que de survivre un jour de plus, en espérant que la nuit ne serait pas une longue suite d’heures sans sommeil ou hantée par le rêve insensé qu’il sauvait celle qu’il aimait pour finir dans un cauchemar sans nom dans lequel elle mourrait encore et encore en dépit de ses efforts. Malgré toute sa volonté pour étouffer toute humanité en elle, elle ressentait la douleur sans nom du jeune homme, et ce chagrin sans borne la déchirait.

Setrius serra ses mains dans les siennes et rompit l’étreinte fraternelle qui les liait. Il ouvrit un coffret, dont il en sortit une petite bourse en cuir noir. Il fit glisser le contenu sur le dessus de la table. La pierre rouge palpita d’un éclat sombre. La magicienne la saisit délicatement entre ses longs doigts fins. Elle se crispa et relâcha le cristal immédiatement. La décharge d’énergie avait irradiée chacun des canaux des nerfs de son bras. L’essence de Duhnam prisonnière de la Rune se rebellait et refusait son contrôle. Elle utilisa la manche de sa robe pour saisir la pierre et l’emballer dans un morceau de parchemin vierge avant de la remettre dans son étui et de la glisser dans une des poches secrètes de sa cape de voyage.

-« Je m’y attendais » soupira le jeune homme. « Penses-tu pouvoir la maitriser ? »

Khyrielle secoua la tête.

-« Il le faudra bien. Même si je retrouve Réowys, sans Duhnam, je ne pourrai pas mener ma mission à bien. Je n’ai pas le choix. »

Un court moment d’hésitation flotta entre eux.

Setrius détacha une fine chaine en or de son cou et la tendit à la jeune femme.
-« Pour toi…Elle appartenait à Jannina. » Sa voix se cassa et ses mains tremblèrent quand il déposa le bijou dans la paume de Khyrielle. Allant au devant de ses protestations, il reprit « Elle m’a fait promettre de te la remettre. Elle savait que tu l’aidais nuit après nuit à tenir bon, à garder son esprit et sa volonté intacts… »
Elle s’inclina sans protester, touchée et passa la chaine à son cou.

Ils sortirent ensemble de la demeure de l’érudit pour se rendre jusqu’à la Pierre des Ames. Les Forestiers et les villageois se découvrirent à leur passage. En silence, ils se rangèrent pour les laisser passer.Elle allait se rendre une dernière fois au Monument de la Rune. Elle devait congédier son armée, la renvoyer dans les Brumes de l’Outremonde. Elle désactiverait le portail entre le monde des vivants et celui des morts, fermant la porte qu’elle avait ouverte dans les Rocs de la Tourmente, puis, elle irait rejoindre Grimaud et Léna près du portail qui les ramèneraient à Mirraw Thur.

Un pâle rayon de soleil glissait sur la Pierre faisant scintiller doucement les minuscules cristaux du basalte. Elle partait en sachant que Setrius et ses hommes veilleraient à ce que rien ne vienne troubler le sommeil de ceux et celles qu’elles laissaient.

Elle quittait les Rocs de la Tourmente, mais elle savait qu’elle y reviendrait pour tenir une promesse faite à une amie.

es Chants d'Elenwë, récits roleplay et jeux vidéo : separateur texte

Une jeune servante à peine sortie de l’enfance déposa une choppe de thé aux épices devant Elenwë. Elle la remercia d’un sourire et adressa un signe de tête à l’aubergiste derrière son comptoir. Elle souffla sur le breuvage et son regard se perdit un instant dans les volutes de buées qui s’en élevaient.

« Khyrielle venait de rendre compte à Aedar Thalan des événements tragiques qui s’étaient déroulés dans les Rocs de la Tourmente. Elle n’avait pas cherché à lui cacher sa responsabilité et ses erreurs de jugement. Comme à l’habitude, le vieux guerrier avait écouté avec attention son récit, posant parfois quelques questions pour se faire préciser une information.

A son tour, il brossa pour elle un rapide tableau de la situation en Urgath.
Deux lunes auparavant, un bataillon d’Elfes des Glaces avaient pris possession du marais. Les tentatives de contacts avec le Maître Archer qui commandait la garnison s’était soldées par une fin de non recevoir. Des escarmouches avaient eu lieu entre les Forestiers et les patrouilles régulières qui quadrillaient le marais. Depuis, les membres de la Résistance se déplaçaient en permanence, ne restant guère plus d’une journée et d’une nuit à une place. De leur côté, les orques se terraient dans les recoins les plus sauvages du marécage, ce qui laissait un répit au petit groupe d’humains qui luttaient contre les Forces des Ténèbres. La situation était pourtant devenue encore plus précaire et la survie de la Résistance dépendait de la capacité de la magicienne à contrôler la rune de Duhnam. La question revenait, lancinante. Pourrait-elle canaliser la folie destructrice contenue dans la matrice.

Durant le voyage qui l’avait ramenée avec Léna et Grimaud, elle n’avait pas tenté une seule fois de d’entrer en contact avec l’esprit dont elle était, à son corps défendant, devenue la Gardienne. Dans la relative sécurité du petit campement, elle ne pouvait désormais plus se dérober.

Elle fit glisser la gemme de son étui dans la paume de sa main. Le cristal lui renvoya des éclats rouges semblables à des rubans de feu prêts à consumer son âme. Elle serra les dents pour maitriser son angoisse.

-« Léna, je vais avoir besoin de ton aide. » La jeune femme l’avait rejoint sous la tente mise à sa disposition par Aedar. Elle aperçut le reflet sanglant de la rune dans la coupe des mains de la Guerrière de la Rune et marqua un temps d’hésitation.

-« Je ne te le demanderai pas si je pouvais faire autrement Léna. » la voix de Khyrielle était dénuée de timbre.

-« Que veux-tu que je fasse ? »

-« Pendant ta formation de magicienne, est-ce qu’il t’est déjà arrivé de quitter ton corps ? Ou de surveiller quelqu’un qui sortait ? » Sentant la réticence de la jeune femme, elle reprit. « Léna, tu es mon amie. Je ne te demande pas de trahir tes sœurs, ni de trahir tes vœux. Je ne te le demanderai jamais. »

-« Je le sais Khyrielle. » Léna reprit en hésitant « Non, ces techniques font partie des secrets des Prêtresses. »

-« Oui, et j’imagine que comme les Mages du Cercle, elles gardent jalousement leur savoir. » Elle esquissa un sourire sans joie. « Mais je sais aussi que tu as assez de force et de puissance pour pouvoir m’aider. Et surtout, j’ai confiance en toi. »

Léna s’assit en face de Khyrielle, renouvelant sa question.
-« Que veux-tu que je fasse ? »

-« Mets tes mains sur mes poignets, mais ne cache pas la Rune. Il faut que je la vois en permanence. Là, c’est parfait, comme ça, sur le pouls. Maintenant… »

Khyrielle tenta un bref contact d’esprit à esprit. Léna recula sans pourtant lâcher les poignets de son amie.

-« Je le savais ! Tout va bien ! Tu as senti le contact. Maintenant, tout ce qu’il te reste à faire, c’est de veiller sur mon corps.»

Léna la regarda perplexe.

-« Je ne comprends pas. Tu es déjà sortie de ton corps devant moi. Lors de l’Invocation de ton armée au Monument des Rocs. »

-« Oui, en partie, mais en partie seulement. Lorsque je procède au rituel de l’Invocation, ou que je dirige mon armée, une partie de mon esprit seulement se détache. L’autre partie reste accrochée à mon corps. Là, je ne peux pas faire autrement. Je dois abandonner mon enveloppe charnelle pour pouvoir pénétrer dans le Surmonde, le monde des Esprits. Tu devras veiller sur moi pendant que je chercherai Duhnam. Je vais devenir de plus en plus froide. Mon pouls va se ralentir. Ne t’inquiète pas. C’est normal. Mais ne laisse personne nous interrompre, ou me toucher ou me déplacer pendant que je serai partie. Et si tu sens que mon corps devient anormalement chaud ou froid, ou que j’arrête de respirer, ou que mon cœur s’emballe, réveille-moi. »

-« Comment ? »

-«Appelle-moi de toute tes forces. Appelle-moi par mon nom. Projette tes pensées sur moi, en disant mon nom. Ca devrait suffire à me ramener. »

-« Et si ça ne suffit pas ? » L’inquiétude de Léna était manifeste.

-« Si tu n’y arrives pas, ou si mon état s’aggrave, réveille-moi immédiatement. N’hésite surtout pas ! Et vraiment, si tu n’y arrives pas, en dernier recours, mais uniquement si tu ne peux pas faire autrement, touche ma Rune à main nue. »
Khyrielle sentit les doigts de Léna trembler sur ses poignets. « Léna, si tu dois en arriver là, ça sera extrêmement douloureux, pour moi, mais aussi pour toi, et ça peut même te mettre en état de choc. Ma Rune me protège et elle me défendra. Ne maintiens surtout pas le contact avec elle, quoi qu’il arrive. »

Khyrielle plongea son regard dans les yeux gris de sa compagne. Elle lui sourit. Puis, respirant profondément elle accorda ses pulsations à celle de la pierre et elle plongea dans les profondeurs du joyau. Elle sentit son corps devenir de plus en plus lourd, puis son cœur s’arrêta, ou du moins, elle eut l’impression qu’il s’arrêtait. Elle n’avait plus conscience de rien, que d’une marée rouge qui montait, un océan de feu et lave qui allait l’engloutir à jamais.

A suivre…

© Cenwen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s