Chapitre 14 : [Les Chants D’Elenwë] Les Larmes de Sang, partie 3

Les Chants d'Elenwë, récits roleplay, fan fictions et jeux vidéo   : surmonde 2

Un choc bref. Un vertige. Un instant de flottement. Elle était hors de son corps, au-dessus de lui.  Elle observa un instant la lumière qui se formait autour d’elle, puis sans effort, elle commença à se déplacer. Les parois de la tente s’estompèrent, puis disparurent. Elle était simplement vêtue d’une longue robe violette qui chatoyait à chacun de ses mouvements.Comme chaque fois qu’elle sortait, Khyrielle se voyait différente. Elle bannit de son esprit le feu et la lave, car en y pensant trop fort, elle aurait pu les concrétiser et leur donner une réalité dans le Surmonde.

Elle se déplaça. Elle avait l’impression de flotter, portée comme une feuille par un léger souffle de vent. Elle sentait la Rune de Duhnam palpiter comme une créature vivante, pleine de haine et de rage. Elle tenta de l’appeler, mais elle n’obtint pas de réponse. Elle savait que ça n’allait pas être facile d’atteindre l’esprit du Guerrier de la Rune emprisonné dans la matrice.

Khyrielle regarda tout autour d’elle, prenant conscience qu’elle voyait le Surmonde comme un monde et non comme un domaine  mental immatériel. C’était plus pratique de le voir ainsi. Elle se créa un corps parce que c’était moins déconcertant que de se voir comme un reflet de pensée désincarné, dérivant au milieu d’autres pensées. En ce moment, ce monde donnait l’impression d’une immense plaine dépouillée, vague, silencieuse et infinie. Au loin, des ombres se déplaçaient. Elle se dirigea vers elles. C’étaient des formes humaines, grises et floues qui disparurent soudainement avant qu’elle ait pu leur adresser la parole. Le Surmonde n’était jamais vide. Il y avait toujours du monde dans les plans astraux dans lesquels l’âme pouvait voyager de manière consciente, comme la sienne ou inconsciente, comme celle des dormeurs.

Très loin, elle aperçut une immense forme d’ombre. D’instinct, elle la reconnut. C’était la tour des Mages du Cercle. Elle tenta de se détourner de son pouvoir d’attraction, mais elle sentait qu’elle s’en approchait de plus en plus. Quand elle se retrouva tout près, la forme se structura. Démesurée, en pierre noire veinée de rouge, dépourvue d’ouvertures, elle était surmontée d’un chapiteau de griffes aux courbes aussi gracieuses que mortelles. Elle semblait partir à l’assaut du ciel et plonger dans les profondeurs de la terre. La puissance psychique des Treize était telle qu’elle avait crée un repère fixe dans le Surmonde. Elle était déjà venue là. Sa mémoire à demi effacée s’en souvenait. Tout autour d’elle s’étendait un réseau d’énergie ressemblant à une immense toile d’araignée ou un immense filet aux mailles plus ou moins larges à l’intersection desquelles des nœuds se subdivisaient pour donner naissance à d’autres chemins, à d’autres accès vers différents niveaux. Sur les moyeux principaux, se dressaient des structures aux formes parfaitement reconnaissables : les portails qui reliaient les terres fragmentées d’Eo, les pierres des Ames par lesquelles voyageaient les Guerriers de la Rune, les Monuments d’Invocation et les Runes, dormantes ou éveillés des combattants runiques. Tout se retrouvait dans ce monde. Ce qu’elle avait sous les yeux confirmait ses pressentiments. Le Cercle était  vivant et sa magie toujours active. Elle savait qu’elle devait s’éloigner au plus vite.

La Tour recula et s’effaça de son champ de vision. Ici les pensées se concrétisaient à peine émises. Elle replongea dans le flux des pensées qu’elle captait, essayant de focaliser son attention sur celles de Duhnam.

Elle se dirigea vers un repli d’obscurité sombre et palpitante. Une rafale de vent violent et glacé la saisit. Elle se sentit secouée et rejetée avec force. Elle frissonna. La terre trembla sous ses pieds. Elle raffermit sa pensée. Il faisait de plus en plus froid. Pour s’en protéger, elle s’imagina vêtue d’une longue cape mauve doublée de fourrure. Elle se sentit mieux et reprit sa course. Elle avait de plus en plus de mal à se déplacer, comme si une force invisible venue de l’ombre la repoussait. Elle luttait avec acharnement, tentant de percer une brèche dans les ténèbres qui s’épaississaient. Khyrielle sentit la peur l’envahir. Elle désirait retourner dans son corps solide, sentir la terre ferme sous ses pieds, l’odeur du feu de camp.

-« Va-t’en ! »

Le cri emplit l’espace de menace. Soudain, elle aperçut un reflet métallique qui se jetait sur elle. Une ombre armée d’une épée fendit les ténèbres. Rapidement, elle se déplaça, transformant sa cape en armure. Juste à temps. Elle sentit un élancement douloureux près du cœur, à l’endroit où la lame l’avait touchée. L’ombre se dissipa comme elle était apparue. Autour d’elle, la nuit se mit à bouillonner, comme les tourbillons d’une tornade. Des volutes noires, une voix malveillante se fit entendre.

-« Va-t’en ! Tu n’as rien à faire ici ! »

-« Je ne partirai pas sans toi ! Tu dois m’obéir ! Tu dois revenir avec moi ! »

Un souffle d’air violent la rejeta en arrière. Elle sentit qu’elle perdait pied.

Puis de l’obscurité jaillirent les flammes. Elles rampèrent vers elle, l’encerclèrent. Elle se força à rester calme. Le feu n’était pas réel. Il était crée par Duhnam, concrétisé par sa pensée. Il lui suffisait de penser à autre chose, de se réfugier dans un endroit sûr. Pendant un court instant, le feu se calma, puis il se remit à faire rage avec une force renouvelée.  Elle se sentit suffoquer. Ses vêtements prirent feu. Elle brulait vive.

Il faut que je quitte ce niveau ou je vais mourir. Il faut que je retourne dans mon corps. Si elle restait là, bloquée dans le Surmonde, son enveloppe corporelle survivrait quelques temps, dépérissant lentement, sauf si Léna ou Grimaud choisissaient de mettre fin à son existence, pour lui permettre de revenir. Elle était de toute manière condamnée à une vie éternelle et à une mort éternelle. Mais elle ne voulait pas mourir ainsi, brûlée vive.

-« Léna ! Léna ! Cria-t’elle affolée. Je t’en prie, aide-moi ! Sors-moi de là ! Réveille-moi ! »

Khyrielle sentait ses forces décliner. Un sentiment d’impuissance et de résignation l’envahissait. Elle n’avait pas la force de revenir toute seule.

Une douleur abominable la transperça. Elle eut l’impression que son cœur explosait dans sa poitrine. Il y eut une secousse et elle se retrouva allongée sur le sol dans la tente. Elle tremblait de tout son être. Au dessus d’elle, Léna se tenait, pâle et terrifiée.

« Khyrielle ! Je t’en prie, réveille-toi ! Réveille-toi ! »

La Guerrière de la Rune reprit son souffle avec peine.

« Je suis là Léna, je suis là. Tu as réussi à me ramener à temps. »

« J’ai cru que je n’y arriverai jamais. Tu suffoquais, tu gémissais et j’ai cru que tu allais mourir. Alors, j’ai saisi ta rune. »

« Comment te sens-tu Léna ? » demanda Khyrielle en tentant de se mettre debout. Sa compagne lui tendit la main pour l’aider.

« Ca ira, ne t’inquiète pas. Je n’ai pas grand-chose. Je suis juste un peu secouée. Est-ce que tu as réussi ? »

« J’ai trouvé l’esprit de Duhnam, mais je n’ai pas pu le ramener. Il faudra que je retourne dans le Surmonde dès que j’aurai repris des forces. »

A suivre…

© Cenwen

Une petite note de fin de page :

Quand j’ai entammé ce récit roleplay sur le thème de Spellforce ~ Breath of Winter, je n’avais pas envisagé d’entrer aussi loin dans une tentative de description du Surmonde, voire de l’Outremonde. Depuis deux mois que je travaille sur cette partie de l’histoire, j’ai été amenée à lire un certain nombre d’ouvrages sur l’ésotérisme et sur les plans astraux. Par la force des choses, pour ne pas « partir trop loin »  j’ai été amenée à une vision moins large de ces domaines que je ne connaissais pas vraiment. Si certains de mes lecteurs trouvent mon approche réductrice, je les prie de m’en excuser et de se montrer indulgents.

A tous et toutes , Bonne lecture!

Que la Lumière d’Aonir veille sur vous!

Cenwen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s