Chapitre 4 : Les Rocs de la Tourmente, partie 1/8

Les Chants d'Elenwë, récits roleplay, fan fictions et jeux vidéo :paysage eau violet

 

Les bribes indistinctes d’une dispute me réveillent en sursaut. Je me lève d’un bond, mon arme à la main. Le feu s’est éteint. Les braises sont grises et froides. J’enregistre d’un regard la présence des archers qui montent la garde à la lisière du campement. Mon attention se fixe sur Grimaud et Léna absorbés dans une conversation qui les isole  du reste du monde. Ils sont concentrés et je sens l’exaspération de la jeune femme. Pourtant ça n’a pas l’air d’affecter le moins du monde son compagnon, nonchalamment adossé au tronc d’un arbre.

Un soupir. Je me retourne. Aedar Thalan est arrivé derrière moi sans que je l’entende.
– « Ces deux-la, dit-il en secouant la tête, c’est comme vouloir marier l’eau et le feu … »

  • «  Ca leur arrive souvent ?  Je ne suis pas curieuse, mais je vais devoir voyager avec eux et me battre à leur côté, alors j’aimerai savoir… »
  • «  Ils sont jeunes et amoureux. » me répond-il avec un léger sourire.

Il me tend une sacoche usée et patinée par les ans.

–  « Quelques provisions, des herbes médicinales et des effets personnels. »

Les mots me manquent pour le remercier.

L’aube se lève à peine. Une brume légère s’élève de la  terre et voile le paysage d’un  mince halo blanchâtre. La terre est brune, le ciel gris comme l’acier. Le soleil  rase les collines et fait scintiller d’or  les brins d’herbe chargés de rosée. Les couleurs se fondent encore les unes dans les autres, mais quelques touches de bleu et de mauve commencent à se détacher. La nature se réveille doucement. Les animaux s’agitent dans leurs tanières.

Léna s’approche de nous. L’heure du départ ne tardera pas. Je prends congé du vieux guerrier. Il s’éloigne. Je m’entretiens rapidement avec Léna. Je voudrais savoir s’il y a un endroit dans le camp où je pourrais procéder  à mes ablutions. Elle m’indique un point d’eau  abrité à quelques pas du camp.

Je sais que cette préoccupation peut sembler futile au regard de ce qui nous attend pour retrouver Dunham et Réowys, les deux guerriers disparus, mais j’ignore quand se représentera l’occasion de me retrouver un peu seule. J’ai besoin d’un instant à moi, loin de la présence de Léna et de Grimaud. Depuis mon Éveil je n’ai jamais été seule. Même pendant mon sommeil, j’ai senti la vigilance des forestiers.

Je me penche au dessus d’une mare bordée d’ajoncs et d’herbes folles. L’eau y est remarquablement claire. Elle ressemble à un ancien miroir des contes elfiques, celui qui s’y regardait se voyait tel qu’il était réellement au fond de son coeur et de son âme, et non, tel que les autres le percevait. Je me contemple un instant. Je ne vois qu’une  très jeune femme grande, mince, presque frêle. Ses longs cheveux bruns emmêles sont striés de mèches blanches qui soulignent et encadrent un visage aux courbes douces et aux pommettes hautes. Une frange voile ses grands yeux violets. Son regard est troublé, perplexe. Elle est belle, d’une beauté fragile et douce… Ainsi, c’est à ça que je ressemble, c’est ce que les gens perçoivent de moi.

Je procède à une rapide toilette. Je brosse mes cheveux et je les noue en une lourde de tresse que j’enroule en bas de ma nuque avant de la fixer avec une fine baguette ramassée à terre et rapidment taillée en épingle. Une mèche s’échappe et retombe sur ma joue. Je confectionne aussi très rapidement un petit sac en tissu que j’accroche autour de mon cou par un lacet de cuir. Je ferai mieux plus tard. J’y range précieusement ma rune. Je referme ma tunique jusqu’en haut de manière à cacher sa présence.

Malgré ces quelques préparatifs, je suis de retour rapidement. Grimaud et Léna m’attendent, prêts à prendre  la route. J’adresse un signe de la main à Willit. Le Skerg a émergé de l’obscurité d’une tente et nous regarde partir en direction du nord ouest, vers les Rocs de la Tourmente.

Nous traversons les marécages et je me fie à mes compagnons pour me guider dans les dédales des terres et des langues de sables mouvants. L’air est lourd, l’atmosphère pesante. Mes cheveux ne tardent pas à coller à mon front et à ma nuque. De temps en temps, un cri rauque s’élève des roseaux. Un bref mouvement, un soubresaut et le silence écrasant reprend possession du marais. A mon grand soulagement, nous finissons par atteindre une route escarpée et poussiéreuse qui n’en finit pas de grimper  et de tourner sur elle-même.

Au détour d’un virage j’aperçois une arche de pierre monumentale dépouillée de tout ornement. Au centre dans un chatoiement de lumière et de reflets mouvants se déploient des ombres irisées. Malgré le temps, sa magie est pleinement active.

Notre histoire raconte qu’autrefois treize mages surpuissants et avides de pouvoir plongèrent Eo dans le chaos en invoquant une puissance maléfique  incontrôlable. Dès lors, notre monde fut fracassé et morcelé en une myriade d’îles reliées par ces artéfacts magiques qui nous permettent désormais de nous déplacer d’une terre à une autre.

Je me souviens d’avoir vu des milliers de Lames, armes-âmes d’acier infernales créées par le Forgeron des Ames déferler sur Fiara en passant par ces portails.
Nous combattions pied à pied, mais nous étions submergés sous leur nombre.
La terre autour de nous se teintait de rouge et nous tombions fauchés, abattus les uns après les autres. Nous étions là pour protéger la progression de la Guerrière de la Rune, l’Elue, celle que Rohen avait choisie pour sauver notre monde de la destruction finale et de l’anéantissement.
Les cris d’agonie de mes frères et de mes sœurs retentissement dans ma mémoire.
Je commence à me souvenir.
Je frissonne en franchissant le Voile.

A suivre…

Source de l’image : ici

© Cenwen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s