Chapitre 9 : Les Rocs de la Tourmente, partie 6

Les Chants d'Elenwë, récits roleplay, fan fictions et jeux vidéo :  guerrière  deux epees courbes

Nous éliminons tout ce qui se trouve sur notre chemin : rampants, araignées géantes et tréands. Nous ne nous attardons pas. Nous voulons simplement dégager le chemin pour Jannina, Kerris et Selig. Je les ai confiés à un petit détachement de mon armée. Une dizaine de sorciers les accompagnera jusqu’à un point de rendez-vous à quelques lieues du village adossé à la montagne. Inutile de risquer une confrontation entre les orques et les humains. Les séquelles de la guerre sont encore trop présentes, et l’heure n’est pas à une coopération même forcée entre les forces de la Lumière et celle des Ténèbres.

Nous avons à peine établi notre campement, que Jannina et son escorte nous rejoignent. La jeune femme n’a pas voulu attendre et nous a emboîté le pas quelques heures à peine après notre départ. Je me garde de toute remarque. Elle a l’air de plus en plus faible. Nous n’avons plus beaucoup de temps.

Je renvoie mes soldats dans la vallée et nous reprenons notre ascension.  Un groupe de forestiers puissamment armés se portent à notre rencontre et c’est sous leur protection  que nous  rejoignons le village.

Adossé à flanc de montagne, entièrement ceint d’une palissade de pieux équarris aux extrémités taillées en pointe, il est ramassé sur lui-même. La porte de barrière s’ouvre pour nous laisser passer. Notre escorte reste à l’extérieur et repart aussitôt en patrouille.

-« Jannina ! Tu es en vie ! Je te croyais morte !  » Un homme jeune,  grand et mince, vêtu de la longue robe  blanche et bleue des érudits sort d’une des maisons.

-«  Setrius. » nous indique notre compagne.

Il avance vers nous à grands pas. Un sourire radieux illumine son visage et il s’apprête à prendre la jeune femme dans ses bras. Elle recule d’un pas. Il s’arrête interdit.  Son sourire se fige. L’éclat de ses yeux bleus s’assombrit. L’inquiétude marque son visage.

-« Nous ferions mieux de discuter à l’intérieur. » Il nous invite à entrer dans la maison.

Kerris et Selig préfèrent rester dehors.

La pièce où nous pénétrons est entièrement occupée par des bibliothèques débordant de livres et de parchemins. Une longue table en bois massif sur laquelle sont posés deux flambeaux en bronze à côtes torses supporte elle  aussi son lot de grimoires et de recueils. Des plumes, des  encriers et des rouleaux de  vélins  y sont soigneusement alignés. Je remarque aussi la présence de plusieurs cartes, dont une partielle de notre monde fragmenté. Elle est en partie cachée par une carte des Rocs de la Tourmente. Je reconnais au premier coup d’œil, l’emplacement du portail, du Monument et des Pierres. Le village Skerg y est indiqué, de même qu’une zone que je devine être le campement de Dunham. Une chaise capitonnée, confortable à haut dossier est placée exactement au centre d’un des côtés.

Mon attention se fixe sur Setrius et Jannina. Ils sont assis dans des fauteuils de part et d’autre d’une cheminée ou brûle une flambée. Légèrement penchés l’un vers l’autre, leurs têtes se touchant presque, ils sont en grande conversation. Le jeune homme tient les mains de Jannina entre les siennes et son désespoir n’échappe à personne.

-« Tu n’es donc pas revenue pour prendre un nouveau départ. »

-« Non Setrius. La fureur de Duhnam m’a tuée et son désir m’a ramené à la vie. Je suis là pour mettre fin à tout cela. »

Sa voix est si lointaine, si détachée, qu’elle semble ne plus lui appartenir

Grimaud et Léna se sont discrètement écartés, et je fais de même, leur laissant un court moment de répit et d’intimité.

Je regarde par la fenêtre et je laisse mon esprit dériver jusqu’au village. Un vertige soudain. Ma conscience réintègre mon corps brutalement.

-« Le monument subit un assaut. » J’en informe mes compagnons au moment où un forestier entre  hors d’haleine  dans la demeure de Setrius.

-« Les Khitars ! Ils ont envahi la vallée ! Vos alliés sont morts et votre armée est défaite ! » Je le regarde incrédule. Naman, Hulu. J’espère qu’ils ont pu se mettre à l’abri, ainsi que le reste des habitants du village.

-« Merci Alan. Nous allons aviser. » Setrius s’est levé et  se tourne vers moi. « Vous ne pouvez plus compter sur votre armée pour vaincre Duhnam. »

  • « Mon armée n’a pas été détruite. Je le saurai. Je l’aurai senti. Je vous l’assure. »

-« Pourtant… »

-« Je l’aurai senti, comme j’ai ressenti l’assaut sur La Pierre des Ames. Mon armée a tenu bon et le Monument d’Invocation Runique est intact. Croyez-moi. Je le sais. Je suis liée à eux. Mais il me faudra certainement revoir mon plan d’attaque.»

  • «Nous comptions donner l’assaut au campement de Duhnam dans quelques heures. Nous sommes prêts, mais nous aurons besoin de votre aide. » Setrius nous emmène jusqu’à la table. Il déroule complètement la carte des Rocs de la Tourmente et nous pointe le camp fortifié où son frère s’est réfugié, protégé par sa garde kithare. La position géographique du camp est idéale pour résister à un assaut. Les deux accès sont ouverts sur la plaine et j’imagine que des tours de guet sont postées à chacune des entrées, permettant de surveiller de loin toute approche, toute intrusion.

-« Une attaque frontale est donc exclue. » intervient Léna.

-« Tout à  fait. » lui répond Setrius. «  Vous voyez le chemin qui part derrière le village ? Il mène à une source dans les montagnes, la seule qui alimente le camp. » Il se dirige vers un grand coffre en bois peint. Il en sort un petit coffret.  Il me regarde et hésite un instant avant de me le tendre. J’ouvre la boîte et je découvre, niché dans les replis d’un tissu, un minuscule flacon en verre rempli d’un liquide blanc et nacré.

-« Du poison de veine-ardente ? » Ma question est de pure forme. Setrius semble gêné.

-« Oui. » un silence. « Je voudrais que vous le versiez à la naissance de la source qui alimente leur campement pour empoisonner les Hommes-Chats. »

-« Et ça suffira à les anéantir ? » Grimaud semble dubitatif.

-« Non ça ne suffira pas. » Je suis affirmative. « Mais ça les affaiblira et ça les désorganisera. Une des particularités de la veine-ardente  est de rendre fou quiconque en boit. »

-« Vous acceptez donc de nous aider ? »

-« Oui. Mais pour l’instant, je dois redescendre dans la vallée. » Depuis que j’ai ressenti l’attaque sur la Pierre des Ames dans le village Skerg, je suis rongée par l’inquiétude pour Hulu et les siens. Je n’ai pas l’intention de les laisser seuls face aux Hommes-Chats.

-« Nous allons perdre du temps. » intervient Grimaud.»

-« Vous pouvez rester ici Grimaud. Je ne vous oblige pas à redescendre avec moi. Je donnerai l’ordre de bataille quand je serai prête, pas avant. »  Lui dis-je en prenant congé de Setrius et Jannina.

Je me dirige vers le sentier derrière le village. Tel un aimant, la Pierre m’a attirée à elle depuis que je suis arrivée. Je sacrifie au rituel qui me liera à elle, mais je résiste au désir de m’en servir pour me rendre immédiatement chez les Skergs.

Finalement, Léna a du convaincre son compagnon de m’accompagner. Ils m’attendent tous les deux et la tension entre eux est palpable. Je commence à y être habituée et je n’y prête guère attention.

La descente jusqu’au village s’effectue dans la nuit et un silence que rien ne vient troubler. Un pressentiment me serre le cœur et je résiste à la tentation de me précipiter  dans le hameau.

Je choisis de longer la paroi rocheuse dans laquelle le grand portail de pierre s’est effacé. Nous nous fondons dans la nuit, nous faisant plus discrets que des ombres, évitant les patrouilles khitares. Elles sont nombreuses, trop nombreuses pour nous trois. Je veux gagner le Monument et reprendre possession de la zone avant d’engager le combat contre Duhnam et ses mercenaires.

A suivre…

© Cenwen

Source de l’image

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s