Les Chroniques d’Ascalon #1

Guild Wars 2 récit roleplay, Envoûteuse en costume civil

Mon Envoûteuse en costume civil sur une des petites places de L’Arche du Lion

C’est comme mourir de l’intérieur. Comme une maladie qui vous ronge insidieusement, qui sape vos forces, mine vos espoirs. Vous vous fermez aux autres. Vous vous coupez de vous-même pour ne rien ressentir et surtout pas cette peine qui vous consume, cette colère qui dévore votre cœur et ce qu’il y avait de meilleur en vous. Vous ne croyez plus. Vous n’espérez plus. Vous perdez votre foi et votre bienveillance.  L’Amitié, tout comme l’Amour deviennent des coquilles vides. Vous vous perdez. Vous devenez votre propre mesure, votre juge et votre bourreau. N’attendez aucune clémence. La trahison fait de vous un être désespéré, emmuré et glacé.

Qui sait ce qui se cache dans les replis les plus profonds de votre âme ? Qui sait quelles sont les peurs tapies dans le secret de votre cœur ?  Ou dans le mien …

Mon sourire n’est qu’un des nombreux masques que j’arbore.

Ici, nul ne sait qui je suis ou ce que je suis. Ici nul ne sait ce que je cache ou ce que je tais. Je vous regarde et je vois ce que vous ne voyez pas.  Je vois vos désirs, vos angoisses, votre concupiscence, votre soif de gloire ou de puissance. Je vois votre vanité, votre égoïsme, votre jalousie.

« Suis-je assez jolie ? »

« Je veux avoir une chance, juste une chance de montrer ce que je vaux. »

« Pourquoi lui et pas moi ? »

« Est-ce que je vais trouver l’Amour ? »

« Je serai le plus fort. »

« Je me vengerai. »

« Est-ce qu’elle me trompe ? »

« Pourquoi m’a-t-il abandonné ? »

Vos pensées sont  autant de ruisseaux dont je peux me saisir pour les rassembler, les tresser et les fracasser contre vos âmes, vous plongeant dans la confusion et un désespoir tel que la mort vous semblera douce et clémente.

Vos émotions sont autant de vagues dont je peux canaliser la puissance pour déclencher le chaos et transformer cette petite place où l’odeur du pain frais sorti du four le dispute à la cannelle et à la vanille des marchands d’épices, en champ de ruines.

Je n’ai jamais ressenti mon pouvoir aussi fort qu’aujourd’hui. Même sur les champs de bataille de Shaemor quand je combattais les Centaures. L’utiliser pour ce qui était nécessaire, oui, en abuser, non.

Je pourrais mettre fin à la souffrance, la leur, la mienne …

Au prix d’un terrible effort de volonté, je me coupe du monde extérieur.

Nous sommes uniques. Nous sommes multiples. Nous sommes égaux. Nous sommes seuls.

Je suis unique. Je suis multiple. Je suis puissante. Je suis seule.

Chacun son enfer.

Le mien m’a emmené ici, à l’Arche du Lion.

[A suivre…]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s