Chapitre 19 : Le Marais des Echos, partie 3

illustration fan fiction sur Spellforce, magicienne noire

○ { Plus nombreux seront les guerriers qu’il enverra pour m’abattre, plus puissante je serai.  } ○

Chapitre 19 : Le Marais des Échos, partie 3

Je reste pétrifiée pendant quelques instants au dessus du corps du gobelin mort. Mon esprit refuse de croire ce que je viens de voir. Je fais taire la peur viscérale qui s’est emparée de moi. Je cache la gemme d’une main tremblante dans une des  poches de ma cape, je me relève et j’esquisse un sourire pour Léna qui vient de me rejoindre.

« Tu vas bien ? » Elle s’inquiète de me voir trembler de la tête aux pieds.

« Çà va , je suis seulement épuisée. »

Je récupère ma cape et mon sac et j’informe mes amis de mes intentions. Nous sommes trop peu nombreux pour faire face à une armée de Grargs et les tours grégeoises me dissuadent même d’une attaque commando de nuit. Elles sont trop proches les unes des autres quoi qu’il arrive, nous serions pris sous leurs feux croisés.

Je préfère retourner au Monument et procéder au rituel d’activation. Une chance pour nous que Whorim n’ait pas obligé Réowys à en prendre le contrôle. Il préfère s’appuyer sur les forces orcs rassemblées sous son contrôle dans Le Marais des Échos. Sa négligence et son arrogance causeront sa perte.

Je pourrais utiliser la Pierre des Âmes pour regagner la falaise, mais sans la protection de Léna et de Grimaud pendant le rituel, je ne serai pas en mesure de me protéger, ni d’empêcher la destruction du Monument en cas d’attaque, d’autant plus que le danger peut venir de deux côtés à la fois.
J’ai aussi des explications à demander à l’homme au masque, mais elles devront attendre. Nous allons l’informer que son serviteur est libre et indemne et poursuivre notre route malgré les questions qui se bousculent et s’entrechoquent dans ma tête.

Nous sommes arrivés à la tombée de la nuit. Léna et Grimaud se sont postés chacun à une entrée de la clairière. Ils ne laisseront rien, ni personne m’interrompre. Je prie Elen pour que ni l’un, ni l’autre ne soit blessé ou tué. Je sais les risques que je leur fais prendre. Ils vont devoir se battre à un contre cinq, voire plus, si une patrouille se présente. Nous savons que dès que je vais commencer le Rituel, les Orcs attaqueront pour m’empêcher de le mener à bien.

Une fois de plus, je laisse la magie runique prendre possession de mon corps et de mon âme. Une fois de plus, encore, mon sang coule rouge et brillant sur les pierres blanches et lisses ouvrant un nouveau portail entre le monde des vivants et celui des morts. Et mon cœur pleure quand je vois les esclaves Skergs émerger de la pénombre pour subir encore et encore, par delà la mort, le joug et la cruauté du Cercle. Lumière d’Aonir ait pitié de moi ! Je sais que j’ai épargné ce sort à Hulu, à Naman, à Jannina et à tous ceux et celles qui sont morts dans Les Rocs de la Tourmente, sacrifiés par la folie de Duhnam et mon désir d’humanité. Je ne peux rien pour ceux que j’appelle, que je contrains à me servir, encore et encore par delà la mort, mais je suis prête à sacrifier autant de fois qu’il le faudra une parcelle de mon essence pour que d’autres ne subissent pas le même sort.

Sans un mot, sans un regard, ils s’attèlent à leurs tâches.

Des éclairs rouges strient la nuit. Des boules de feu bondissent à la cime des arbres embrasant le ciel, faisant jaillir des ombres rouges dans un rugissement sourd qui résonne jusque dans mes os. Les orques viennent de lancer leur première attaque. Je me précipite pour venir en aide à Grimaud. Le guerrier est acculé contre un gros rocher qui le protège d’une attaque dans le dos. Déjà, les corps d’une demi-douzaine d’assaillants gisent dans l’herbe, mais il est attaqué par deux Incendiaires soutenus par un Chaman et ils se tiennent trop loin pour la portée de sa hache. Sa magie est puissante, mais il n’a pas les réserves de mana suffisantes pour l’utiliser et se dégager.

Je les prends à revers. Une décharge d’énergie noire les foudroie ne leur laissant pas le temps de comprendre ce qui leur arrive.
Grimaud esquisse un sourire sans joie et me tend la main. « Sans toi… » Je ne lui laisse pas finir sa phrase. Nous sommes rarement d’accord. Son mépris et son insolence m’énervent souvent, mais j’ai appris à le connaitre, à le respecter et combattre côte à côte a formé un lien solide entre nous, un lien autre que celui qui m’unit à Léna, mais je lui confierai ma vie sans hésiter.

Léna ! La connexion mentale qui nous lie est tellement puissante que je sens sa concentration alors qu’elle se jette à son tour dans la bataille. Des éclaireurs Grargs s’apprêtent eux aussi à lancer une attaque.
La peur que j’éprouve pour elle me donne des ailes. Je ne peux pas me téléporter. La pierre des âmes est trop loin de sa position. Et soudain, je perçois son calme, sa détermination sans faille. Je sais qu’elle tiendra jusqu’à mon arrivée. Je me calme et je me concentre. Je sens la vague d’énergie monter en moi et déferler dans chacune mes veines, chacune des fibres de mon être. Je ne fais plus qu’une avec cette puissance. Mes auras se déploient autour de moi et s’étendent bien au-delà de mon corps, bien au-delà des limites de la clairière, bien au-delà du monde physique. L’usage de ma magie m’est devenu aussi naturel que respirer. Sans effort, je ralentis la marche de nos ennemis, je désorganise leurs rangs, je les affaiblis.

La magie élémentaire de Léna est aussi puissante, peut-être même plus que la magie noire qui est mienne. Elle a emprisonné nos assaillants derrière un épais mur de glace. Elle le maintiendra aussi longtemps qu’elle le pourra, me permettant de me jeter à mon tour dans la bataille.
Je l’ai enfin rejointe. Nul besoin de mots. Nous sommes prêtes.

Elle dissipe le mur qui nous sépare des guerriers orcs.
Sa magie de la glace et ma magie de la mort ne sont pas compatibles. Nous ne pouvons pas les combiner pour en renforcer les effets, mais nous sommes si proches, que nous savons d’instinct quels enchainements de nos capacités seront les plus dévastateurs. Nos sorts convergent vers nos cibles, les ralentissant, drainant leur chaleur et leurs forces vitales. Nous les épuisons. Le froid qui émane des sorts de Léna les vide de leur volonté. Ils sont trop nombreux pour que je les foudroie sur place. Je leur vole leur énergie, leur vie et je les utilise pour renforcer mon pouvoir et le diriger à nouveau contre eux.
La mort que je leur apporte est une mort lente et cruelle. Je n’aime pas torturer mes proies mais je n’ai pas d’autre choix. Il en va de notre survie. Il en va de la survie de notre monde.
J’ai fait une promesse. Quoi qu’il m’en coûte, je la tiendrai. Je n’aurai aucune pitié, aucune mansuétude envers quiconque se mettra en travers de ma route.
Le message que j’envoie à Whorim est clair. Sa garde d’élite ne pourra rien contre nous. Plus nombreux seront les guerriers qu’il enverra pour m’abattre, plus puissante je serai.
Je me nourrirai d’eux pour l’anéantir.

A suivre …

 

Vous pouvez retrouver le fil de l’histoire en vous référant à l’index des épisodes et découvrir le monde de Spellforce ici :

Les origines, partie 1/2

Les origines, partie 2/2

Bonne lecture :)

Je vous souhaite une belle journée, douce et sereine !

Puisse  la Lumière d’Aonir  vous guider !

Isabelle G. aka Cenwen

 Source de l’image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s