Spellforce : Les origines 2/2

Couverture du jeu Spellforce : Shadow of the Phoenix

○ { Spellforce : Shadow of the Phoenix } ○

 

Les origines 2/2

Les Guerriers de la Rune furent sans aucun doute la création la plus aboutie des Mages du Cercle. Haïs, craints, parfois vénérés, ils sont immortels, conçus par les Mages pour les servir dans l’Éternité.

Ce sont des armes terrifiantes, des êtres aux talents rares et précieux, des êtres d’exceptions privés de vie mais non morts, ( concept intéressant sur lequel j’ai toujours eu envie d’écrire) par le Cercle et dont l’âme a été liée par une opération magique complexe à une gemme, un joyau appelé « Rune ».

Tant que cette Rune est intacte, il est possible à ces guerriers (ou magiciens et souvent les deux) d’être invoqués. Ils sont alors réincarnés dans une réplique de leurs corps, tels qu’ils étaient au moment de la création du lien runique. Souvent amnésiques et/ou dotés de souvenirs fragmentés ou manipulés, ils sont immortels, condamnés à une vie et une mort sans fin, capables de sentiments, d’émotions et surtout capables d’apprendre encore et encore, de progresser, de devenir encore plus redoutables.

Lire la suite

Publicités

Spellforce : Les origines, partie 1/2

guerrière, dessin, couverture du jeu Spellforce, L'ordre de l'Aube

○ { Spellforce : The Order of Dawn } ○

Les origines, partie 1/2

Le point du départ de Spellforce, jeu vidéo édité par Jowood, est une série de romans d’héroïc fantasy, d’un auteur allemand, Uschi Zietsch, une trilogie pour être précise (disponible uniquement en allemand) : Windflüsterer (2006), Erben der Finsternis (2006) et Sturm auf Shaikur ( 2007) qui donneront aussi a naissance à Spellforce II (que j’ai tellement peu aimé au niveau du gameplay que je n’ai pas encore fini le premier opus ! (Oups !)

N’ayant pas lu (comment ça ?) les trois romans (ahem, comment dire… Mon niveau en allemand à l’heure actuelle ne me permettrait que de ne pas mourir de faim et encore à condition de ne pas me lasser de toujours manger la même chose ! ^^’ Je ne me rappelle que deux ou trois petites choses comme : Ich möchteApfelsaft bitte, und auch ein Krapfen ! Danke schön! ), je disais donc, n’ayant pas lu les trois romans, je vais passer par la case « résumé des grandes lignes de l’histoire développée dans le jeu ».

Le monde de Spellforce est un univers médiéval fantastique, situé sur Eo, un monde ressemblant au nôtre côté géologie et climats. Côté population, on y croise des êtres humains, des orques, des elfes, des elfes noirs («  noir » signifiant « ayant prêté allégeance aux Dieux Sombres »), des nains et des trolls et toute une faune locale dont il serait fastidieux de dresser la liste.

Tout ce petit monde vit dans un état de conflit relativement permanent, entre alliances et trahisons, parvenant difficilement à cohabiter ensemble.

Lire la suite

Et si on reprenait depuis le début ? ;)

Image du jeu Spellforce, Breath of Winter, Cenwen et Aryn

○ {Spellforce ~ Breath of Winter } ○

Bonjour,

Via Facebook, une de mes lectrices m’a fait une remarque frappée du coin du bon sens, une suggestion à laquelle j’avais pensé, mais pas sous cette forme.

En effet, j’avais prévu de faire un résumé général à la fin du « livre » La Rune Sanglante, de manière à permettre à tout lecteur égaré ici, d’entrer directement dans l’histoire suivante, La Cité Embrasée, sans passer par la [longue] lecture des péripéties précédentes.

Dès maintenant, je vais donc systématiquement proposer un résumé de l’épisode précédent à chaque nouveau chapitre.

Auparavant, je vais poser à nouveau les prémices du récit « Entre Ombre et Lumière » et rappeler que les aventures de Khyrielle, Grimaud, Léna et de bien d’autres découlent du jeu Spellforce et plus précisément de la campagne « Le souffle de l’hiver ».

Dans La Rune Sanglante, il est aussi fait mention d’événements antérieurs à cette histoire, comme Le Cercle, La Convocation, La Rune ou a des personnages comme les Fial D’argh, l’homme au masque, Rohen, Darius ou les Dieux d’Eo.

Je pense qu’il serait peut-être utile que j’apporte des précisions pour tous ceux et celles qui ne connaissent pas la trame de l’histoire de Spellforce.

A partir de la semaine prochaine, je publierai donc dans un premier temps, les grandes lignes de l’histoire générale de Spellforce, puis je ferai un résumé de chaque épisode, puisque j’avais choisi de faire progresser l’histoire de Khyrielle en fonction des « maps » (cartes ou zones de progression en jeu), ce qui nous donne pour le moment trois résumés pour une vingtaine de chapitres déjà publiés.

Çà peut sembler « peu » mais je vous assure  les chapitres sont denses, certains ayant du être scindés en cinq ou six parties !

Ensuite, je reprendrais le rythme du récit et à chaque changement de carte/épisode, j’intercalerai un résumé :)

Bonne lecture !

Que la Lumière d’Aonir veille sur vous !

Source image : Wallpaperstock.net

Réminiscence

fond d'écran jeu spellforce

○ { Je me rappelle seulement qu’autrefois, j’étais humaine.} ○

Réminiscence

Qui j’étais avant, qui j’aimais, je ne m’en souviens pas.

J’ai été engendrée et je suis née, je l’espère, de l’Amour de deux êtres.

J’ai vécu, ri, pleuré, aimé peut-être.

Comment j’ai vécu, je ne m’en souviens pas.

Je vis.

Je respire.

Le sang coule dans mes veines, semblable à celui de tous les êtres vivants d’Eo.

Je dors et mes rêves sont les liens qui me raccordent à cette vie dont je ne me souviens pas.

Je me rappelle seulement qu’autrefois, j’étais humaine.

Je suis morte.

Comment je suis morte, je ne m’en souviens pas.

Je dors et mes rêves sont les liens qui me raccordent à cette mort dont je ne me souviens pas.

Je me rappelle seulement qu’autrefois, j’étais humaine.

Je suis immortelle, créée par la folie et la soif de puissance des mages du Cercle.

Je suis unique mais je ne suis pas seule.

Nous sommes légion, condamnés à une vie sans fin et une mort sans fin.

Nous sommes différents.

Nous sommes puissants.

Nous sommes uniques.

Nous sommes multiples.

Nous sommes égaux.

Nous sommes seuls.

Nous combattons.

Nous sommes alliés.

Nous sommes ennemis.

La Rune nous utilise à sa guise et même libres, nous sommes et serons toujours ses esclaves.

Un pouvoir obscur et ténébreux coule dans mes veines, un pouvoir qui draine sa puissance de la souffrance, de la peine et de la mort.

Il y a tant de sources de magie, l’air, le feu, la glace, la terre, la lumière.

Toutes sont devenues des instruments de destruction au même titre que la lame de nos épées et de nos haches.

Le Cercle des Treize s’est forgé des armes à sa démesure, volant nos vies, nous privant de notre mort, animant nos corps d’une magie que nulle, jamais, ne pourra défaire.

Seule la fin du Cercle le pourrait mais le Cercle ne peut avoir de fin.

Rien n’a été assez puissant pour le détruire.

Il a survécu à la Guerre de la Convocation, à l’apocalypse de feu et de poison qui ont détruit notre monde.

Je suis ce que je suis.

Je suis une guerrière de la Rune.

Condamnée à une vie éternelle et à une mort éternelle.

Je me rappelle seulement qu’autrefois, j’étais humaine …

 

© Cenwen

Petites notes :

Ce texte se situe un peu à part dans l’histoire de Khyrielle, Entre Ombre et Lumière, tout comme celui du Chapitre 19 du Journal de Haven-Jane : Divagations d’un Clone. Il arrive parfois à mes personnages d’avoir un peu de vague à l’âme et de s’exprimer, on va dire, de manière légèrement indépendante de ma volonté ! ^^’

Ce texte marque aussi ma tentative de reprendre, enfin sérieusement, la publication de cette histoire qui me tient à cœur.

Je me suis fixée une parution tous les quinze jours à compter d’aujourd’hui.

Bonne lecture :)

Source de l’image : Spellforce, Jowood Productions via Free Wallpapers

 

 

Le syndrome de la page blanche

carnet et stylon photo en noir et blanc

○ { Le syndrome de la page blanche } ○

Bonjour,

Ca fait un moment que j’ai déserté ce lieu.

Pour commencer, j’ai eu un gros passage à vide côté écriture et côté vie tout court. Les raisons en sont multiples et complexes, mais je vais les résumer en deux  mots : dépression nerveuse.

Or, si le mythe de l’écrivain maudit est particulièrement répandu, tout comme celui de la création dans la douleur, en ce qui me concerne, je ne peux écrire que si je me sens bien, en paix avec moi-même.

Lire la suite

Les Chroniques d’Ascalon #4

Elle l’avait suivi sans protester, sans dire un seul mot.

Il les guida au travers d’un dédale de venelles et de petits passages dont elle n’aurait jamais soupçonné l’existence. Les élancements dans son bras étaient devenus tels qu’elle devait se mordre les lèvres pour ne pas gémir de douleur.

Il lui avait proposé de s’appuyer sur lui, mais son regard l’avait dissuadé de la prendre par la taille pour la soutenir. Il l’encourageait quand il sentait qu’elle faiblissait, mais il gardait prudemment ses distances. Il lui avait rendu sa dague pour qu’elle se sente en sécurité avec lui, mais il n’allait certainement pas tenter de la toucher sans son accord. Il ne voulait pas se retrouver à la place du Charr, recroquevillé sur les pavés, fou, emprisonné dans une terreur sans nom. Il avait vu ce dont elle était capable.

Lire la suite

Les Chroniques d’Ascalon #3

Guerrier norn, concept art GW2

Guerrier norn, concept art GW2

Il s’était hâté vers la place en voyant les gens s’enfuir. En passant, il avait alerté les gardes.  Les échauffourées entre guildes rivales, les bagarres d’ivrognes, les querelles entre espèces, les rixes entre prostitués des deux sexes étaient monnaie courante à l’Arche du Lion, comme dans toutes les grandes villes. Mais la convergence dans cette zone de tous les portails de transit asura déversant un flot ininterrompu de voyageurs  donnaient à la ville une aura presque palpable de violence, de bestialité, d’exotisme et de luxure.

Lire la suite

Les Chroniques d’Ascalon #2

Charr, concept art GW2

« Hé, toi, l’humaine ! Bouge ! Tu gênes le passage ! »

Perdue dans mes pensées, je suis restée immobile quelques secondes, le temps d’une respiration, le temps de reprendre le contrôle et de me couper de toutes les pensées parasites qui m’ont envahi. Je me retourne, la main crispée sur la poignée de ma dague. Le guerrier Charr en face de moi recule d’un pas avec un petit sourire narquois.

Lire la suite

Les Chroniques d’Ascalon #1

Guild Wars 2 récit roleplay, Envoûteuse en costume civil

Mon Envoûteuse en costume civil sur une des petites places de L’Arche du Lion

C’est comme mourir de l’intérieur. Comme une maladie qui vous ronge insidieusement, qui sape vos forces, mine vos espoirs. Vous vous fermez aux autres. Vous vous coupez de vous-même pour ne rien ressentir et surtout pas cette peine qui vous consume, cette colère qui dévore votre cœur et ce qu’il y avait de meilleur en vous. Vous ne croyez plus. Vous n’espérez plus. Vous perdez votre foi et votre bienveillance.  L’Amitié, tout comme l’Amour deviennent des coquilles vides. Vous vous perdez. Vous devenez votre propre mesure, votre juge et votre bourreau. N’attendez aucune clémence. La trahison fait de vous un être désespéré, emmuré et glacé.

Lire la suite

J’avais dit « Le rp, plus jamais ! »

Encrier et porte-plume

L’écho de mes pas résonne dans le silence figé du scriptorium. La poussière recouvre les manuscrits, les livres et les vélins abandonnés sur les pupitres. L’encre a séché dans les encriers et les plumes gisent comme des rêves brisés à même le sol. Les araignées ont tissé des architectures magiques et compliquées entre les piliers qui soutiennent les arches  voûtées.

Je suis seule et je suis bien décidée à réveiller les fantômes d’un passé oublié …
Ouf !

Je vais être  franche, je ne pensais plus être capable d’écrire ne serait-ce que 5 lignes.

Le manque de temps n’explique pas complètement, même si il en est en grande partie responsable, l’arrêt des Chants d’Elenwë.

Je suis restée bloquée sur le chapitre 18 alors que 6 autres chapitres sont rédigés. Mais voilà, il me manque la transition et rien à faire, tout ce que j’écris pour la faire me déplait.

Alors, je vais mettre en stand by le récit roleplay sur Spellforce et avancer sur un autre projet.

Je m’étais promis-juré que « le rp plus jamais », mais bon, je ne me referai pas ! Et puis rencontrer des gens qui sont dans le même « délire » que moi, c’est un vrai bol d’oxygène :)

Guild Wars 2 est sorti le 28 Août 2012 et je l’avoue, j’ai failli passer à côté du jeu. J’ai mis pas loin de 40 niveaux pour entrer dedans et m’y plaire. Parfois, il faut s’accrocher un peu :)

Je n’ai pas de projet particulier concernant la suite du blog, ou le rp qui se met en place in game. Je ferai comme pour Le Journal de Haven-Jane CF01, un récit compte-rendu, au coup par coup et on verra bien où tout ça nous mène.

Je ne veux plus me mettre la pression comme je me la suis mise sur La Rune Sanglante, ça n’apporte rien de bon et je suis déjà assez stressée comme ça, sans m’en rajouter une dose.

Donc, voilà, je suis de retour !

Cordialement,

Cenwen