Les Chroniques d’Ascalon #4

Elle l’avait suivi sans protester, sans dire un seul mot.

Il les guida au travers d’un dédale de venelles et de petits passages dont elle n’aurait jamais soupçonné l’existence. Les élancements dans son bras étaient devenus tels qu’elle devait se mordre les lèvres pour ne pas gémir de douleur.

Il lui avait proposé de s’appuyer sur lui, mais son regard l’avait dissuadé de la prendre par la taille pour la soutenir. Il l’encourageait quand il sentait qu’elle faiblissait, mais il gardait prudemment ses distances. Il lui avait rendu sa dague pour qu’elle se sente en sécurité avec lui, mais il n’allait certainement pas tenter de la toucher sans son accord. Il ne voulait pas se retrouver à la place du Charr, recroquevillé sur les pavés, fou, emprisonné dans une terreur sans nom. Il avait vu ce dont elle était capable.

Lire la suite

Publicités

Les Chroniques d’Ascalon #3

Guerrier norn, concept art GW2

Guerrier norn, concept art GW2

Il s’était hâté vers la place en voyant les gens s’enfuir. En passant, il avait alerté les gardes.  Les échauffourées entre guildes rivales, les bagarres d’ivrognes, les querelles entre espèces, les rixes entre prostitués des deux sexes étaient monnaie courante à l’Arche du Lion, comme dans toutes les grandes villes. Mais la convergence dans cette zone de tous les portails de transit asura déversant un flot ininterrompu de voyageurs  donnaient à la ville une aura presque palpable de violence, de bestialité, d’exotisme et de luxure.

Lire la suite

Les Chroniques d’Ascalon #2

Charr, concept art GW2

« Hé, toi, l’humaine ! Bouge ! Tu gênes le passage ! »

Perdue dans mes pensées, je suis restée immobile quelques secondes, le temps d’une respiration, le temps de reprendre le contrôle et de me couper de toutes les pensées parasites qui m’ont envahi. Je me retourne, la main crispée sur la poignée de ma dague. Le guerrier Charr en face de moi recule d’un pas avec un petit sourire narquois.

Lire la suite

Les Chroniques d’Ascalon #1

Guild Wars 2 récit roleplay, Envoûteuse en costume civil

Mon Envoûteuse en costume civil sur une des petites places de L’Arche du Lion

C’est comme mourir de l’intérieur. Comme une maladie qui vous ronge insidieusement, qui sape vos forces, mine vos espoirs. Vous vous fermez aux autres. Vous vous coupez de vous-même pour ne rien ressentir et surtout pas cette peine qui vous consume, cette colère qui dévore votre cœur et ce qu’il y avait de meilleur en vous. Vous ne croyez plus. Vous n’espérez plus. Vous perdez votre foi et votre bienveillance.  L’Amitié, tout comme l’Amour deviennent des coquilles vides. Vous vous perdez. Vous devenez votre propre mesure, votre juge et votre bourreau. N’attendez aucune clémence. La trahison fait de vous un être désespéré, emmuré et glacé.

Lire la suite