Le syndrome de la page blanche

carnet et stylon photo en noir et blanc

○ { Le syndrome de la page blanche } ○

Bonjour,

Ca fait un moment que j’ai déserté ce lieu.

Pour commencer, j’ai eu un gros passage à vide côté écriture et côté vie tout court. Les raisons en sont multiples et complexes, mais je vais les résumer en deux  mots : dépression nerveuse.

Or, si le mythe de l’écrivain maudit est particulièrement répandu, tout comme celui de la création dans la douleur, en ce qui me concerne, je ne peux écrire que si je me sens bien, en paix avec moi-même.

Lire la suite

Chapitre 1 : L’instant d’avant

Millenium III Luis Royo

○ { Il n’y a plus que le silence et l’obscurité.  }○

Chapitre 1 : L’instant d’avant

 

Mais un jour, le pacte qui liait Aryn aux Elfes de Glace fut brisé…

Je dors.
D’un sommeil peuplé de rêves.

Parfois, comme une ride sur l’eau après le ricochet d’un galet,  j’entends comme un écho que je ne comprends pas.
Soudain l’écho se  tait.
Et il ne règne plus que le silence et l’obscurité.

Je dors.
D’un sommeil hanté de cauchemars.

Des hordes de guerriers s’affrontent sur des champs de bataille  gigantesques.
Des mondes entiers sombrent dans le chaos et le fracas.
Des  colonnes de flammes embrasent le ciel jusqu’aux nuages et font bouillir les  océans.
Des vagues de cendres et de poison submergent le monde étouffant  toute vie.
La soif du pouvoir et l’avidité guident les hommes sous le regard  indifférent des Dieux.
Soudain le tumulte s’apaise.
Et il ne règne plus  que le silence et l’obscurité.

Je dors.
D’un sommeil fragmenté de reflets.

Des armées immenses sous un seul commandement.
Ombre et  Lumière s’opposent dans un éternel combat.
Des éclairs strient le ciel et  déchirent le tissu même du temps.
Soudain les clameurs cessent.
Et il ne  règne plus que le silence et l’obscurité.

Je dors.
Je rêve.

Ses yeux rouges flamboient d’une haine pure.
Ame-arme d’acier  noir elle poursuit son carnage insensé.
Elle fauche les hommes qui se  dressent sur son passage.
Elles sont des milliers forgées par Zarach’ lui  même, ou bien… est-ce seulement une légende ?
Elle retire sa lame de mon  corps.
Mon sang rejoint celui de mes frères et de mes sœurs.

Au nom de tous les Dieux d’Eo qu’avons-nous fait ?

La grande plaine de Fiara si belle au printemps n’est plus qu’un  océan de cris et douleurs.
Il ne reste rien.
La terre est rouge, rouge du  sang de ceux et celles qui se sont levés pour combattre et sauver ce  monde.

Je dors.
Il n’y a plus que le silence et  l’obscurité.
Puisse Elen avoir pitié de nous et nous pardonner nos  péchés.

Je dors.
Il n’y a plus que le silence et  l’obscurité.

Je dors.
Je rêve
Du moins…je crois.

Puisse Elen avoir pitié de moi.

A suivre …

 

Source image :   Luis Royo Official Website