Chapitre 19 : Le Marais des Echos, partie 3

illustration fan fiction sur Spellforce, magicienne noire

○ { Plus nombreux seront les guerriers qu’il enverra pour m’abattre, plus puissante je serai.  } ○

Chapitre 19 : Le Marais des Échos, partie 3

Je reste pétrifiée pendant quelques instants au dessus du corps du gobelin mort. Mon esprit refuse de croire ce que je viens de voir. Je fais taire la peur viscérale qui s’est emparée de moi. Je cache la gemme d’une main tremblante dans une des  poches de ma cape, je me relève et j’esquisse un sourire pour Léna qui vient de me rejoindre.

« Tu vas bien ? » Elle s’inquiète de me voir trembler de la tête aux pieds.

« Çà va , je suis seulement épuisée. »

Je récupère ma cape et mon sac et j’informe mes amis de mes intentions. Nous sommes trop peu nombreux pour faire face à une armée de Grargs et les tours grégeoises me dissuadent même d’une attaque commando de nuit. Elles sont trop proches les unes des autres quoi qu’il arrive, nous serions pris sous leurs feux croisés.

Lire la suite

Spellforce : Les origines 2/2

Couverture du jeu Spellforce : Shadow of the Phoenix

○ { Spellforce : Shadow of the Phoenix } ○

 

Les origines 2/2

Les Guerriers de la Rune furent sans aucun doute la création la plus aboutie des Mages du Cercle. Haïs, craints, parfois vénérés, ils sont immortels, conçus par les Mages pour les servir dans l’Éternité.

Ce sont des armes terrifiantes, des êtres aux talents rares et précieux, des êtres d’exceptions privés de vie mais non morts, ( concept intéressant sur lequel j’ai toujours eu envie d’écrire) par le Cercle et dont l’âme a été liée par une opération magique complexe à une gemme, un joyau appelé « Rune ».

Tant que cette Rune est intacte, il est possible à ces guerriers (ou magiciens et souvent les deux) d’être invoqués. Ils sont alors réincarnés dans une réplique de leurs corps, tels qu’ils étaient au moment de la création du lien runique. Souvent amnésiques et/ou dotés de souvenirs fragmentés ou manipulés, ils sont immortels, condamnés à une vie et une mort sans fin, capables de sentiments, d’émotions et surtout capables d’apprendre encore et encore, de progresser, de devenir encore plus redoutables.

Lire la suite

Spellforce : Les origines, partie 1/2

guerrière, dessin, couverture du jeu Spellforce, L'ordre de l'Aube

○ { Spellforce : The Order of Dawn } ○

Les origines, partie 1/2

Le point du départ de Spellforce, jeu vidéo édité par Jowood, est une série de romans d’héroïc fantasy, d’un auteur allemand, Uschi Zietsch, une trilogie pour être précise (disponible uniquement en allemand) : Windflüsterer (2006), Erben der Finsternis (2006) et Sturm auf Shaikur ( 2007) qui donneront aussi a naissance à Spellforce II (que j’ai tellement peu aimé au niveau du gameplay que je n’ai pas encore fini le premier opus ! (Oups !)

N’ayant pas lu (comment ça ?) les trois romans (ahem, comment dire… Mon niveau en allemand à l’heure actuelle ne me permettrait que de ne pas mourir de faim et encore à condition de ne pas me lasser de toujours manger la même chose ! ^^’ Je ne me rappelle que deux ou trois petites choses comme : Ich möchteApfelsaft bitte, und auch ein Krapfen ! Danke schön! ), je disais donc, n’ayant pas lu les trois romans, je vais passer par la case « résumé des grandes lignes de l’histoire développée dans le jeu ».

Le monde de Spellforce est un univers médiéval fantastique, situé sur Eo, un monde ressemblant au nôtre côté géologie et climats. Côté population, on y croise des êtres humains, des orques, des elfes, des elfes noirs («  noir » signifiant « ayant prêté allégeance aux Dieux Sombres »), des nains et des trolls et toute une faune locale dont il serait fastidieux de dresser la liste.

Tout ce petit monde vit dans un état de conflit relativement permanent, entre alliances et trahisons, parvenant difficilement à cohabiter ensemble.

Lire la suite